Pendant une semaine, du 13 au 18 octobre, des représentants de 205 pays et juridictions, du FMI, de l'ONU, de la Banque mondiale et d'autres organisations (OCDE, OSCE, Europol, Groupe Egmont de cellules de renseignement financier,...) se sont réunis à Paris pour la semaine du Groupe d'action financière (GAFI).

Cette semaine, présidée par le président du GAFI Xiangmin Liu de la République populaire de Chine, est la première réunion sous la présidence chinoise. Plusieurs sujets liés à la lutte contre le blanchiment d'argent ont été abordés, notamment les risques de blanchiment d'argent associés aux "stablecoins" et autres actifs virtuels émergents, ainsi que la compréhension et l'exploitation de l'utilisation de l'identité numérique.

Pakistan grey list FATF
La question s'est également posée de savoir si le Pakistan devait rester sur la liste grise des pays présentant des lacunes en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et de financement du terrorisme ou s'il devait être placé sur la liste noire avec la Corée du Nord et l'Iran. La délégation pakistanaise, dirigée par le ministre des affaires économiques Hammad Azhar, était là pour défendre les mesures correctives prises par son pays au cours de l'année.


Parmi les autres sujets abordés figuraient l'évaluation des mesures prises par la Russie et la Turquie pour lutter contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme, la discussion sur la lutte contre les flux financiers provenant du trafic illégal d'espèces sauvages, l'adoption de bonnes pratiques sur la propriété effective des personnes morales et les derniers développements en matière de financement d'ISIL, d'Al-Qaïda et de leurs affiliés.


Risque de blanchiment d'argent lié aux "stablecoins" et autres actifs émergents

Le GAFI est parvenu à un accord sur la manière de déterminer si les pays ont pris les mesures nécessaires pour mettre en oeuvre les nouvelles exigences. Étant donné la nature mondiale du secteur des actifs virtuels, les pays et leurs gouvernements doivent comprendre l'importance de mettre en oeuvre rapidement ces exigences en comprenant les risques et en assurant une surveillance efficace du secteur.

Le GAFI réagit aux développements et collaborera activement avec le secteur privé pour clarifier les exigences du GAFI. Les actifs émergents tels que les pièces de "stablecoins" (monnaies stables), ainsi que leurs réseaux et plates-formes d'offres mondiales, pourraient modifier l'écosystème des actifs virtuels et avoir des conséquences sur les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme.
FATF stablecoins


Les Stablecoins ou Monnaies Stables sont des crypto-monnaies ou devises virtuelles conçues pour minimiser la volatilité du prix de la monnaie par rapport à un actif ou un panier d'actifs stable.


Les Stablecoins et leurs fournisseurs de services seront assujettis aux normes du GAFI en tant qu'actifs virtuels et fournisseurs de services d'actifs virtuels ou en tant qu'actifs financiers traditionnels et leurs fournisseurs de services. La surveillance accrue des actifs émergents par le GAFI continuera de faire l'objet d'une attention particulière. Il appartiendra aux autorités nationales d'appliquer les règles par le biais de lois et de règlements. Le GAFI continuera de promouvoir la mise en oeuvre de ses normes dans le monde entier et veillera à la pertinence et à la réactivité de ces normes.


Comprendre et exploiter l'utilisation de l'identité numérique

FATF digital identity
Les paiements numériques sont en forte croissance. L'identification des clients est importante pour empêcher les criminels et les terroristes de recueillir et de transférer des fonds. Mais dans le monde numérique, les méthodes d'identification des clients sont multiples. Un document présentant les lignes directrices proposées par le GAFI sur l'utilisation de l'identité numérique est en cours de formalisation. Ce document aura tendance à aider les gouvernements, les institutions financières et autres à appliquer une approche fondée sur le risque tout en utilisant les systèmes de certificats numériques.


Le GAFI n'est pas contre les innovations financières, mais souhaite des espaces sûrs. Les entreprises doivent être responsables et contribuer à assurer la sécurité du marché financier.


Autres sujets abordés lors de la semaine plénière du GAFI

Au cours de cette semaine, diverses évaluations ont été effectuées pour certains pays tels que la Turquie, la Norvège et le Brésil. Le cas du Pakistan a été souligné en raison de ses lacunes dans le système de AML/CTF et de la question de savoir si le Pakistan resterait sur la liste de contrôle du GAFI ou non. Il a été décidé que le Pakistan resterait sur la liste grise jusqu'en février 2020, date à laquelle toutes les recommandations devront être entièrement respectées. Le Pakistan n'a pas rempli toutes ses obligations dans les délais impartis et le GAFI s'inquiète de l'absence de progrès du Pakistan sur les risques de LBC/FT.

En ce qui concerne l'Iran, le GAFI lui a également fixé le même délai (février 2020) pour se conformer aux normes internationales en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Si l'Iran n'agit pas, le GAFI prendra des contre-mesures.

Le GAFI a également examiné sa liste de juridictions présentant des lacunes stratégiques. La liste identifie les juridictions présentant les lacunes les plus stratégiques en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme. Le GAFI est conscient que chaque juridiction traite de sa situation et accepte les engagements et les délais que chaque juridiction présente. Si les délais ne sont pas respectés, les juridictions demeurent sur la liste. Au cours de la prochaine année, le GAFI procédera à des évaluations dans d'autres pays, car toutes les juridictions n'ont pas encore été examinées.

Liste noire des pays de la liste noire du GAFI du GAFI

D'autres initiatives stratégiques ont été prises. L'une d'entre elles est "Meilleures pratiques en matière de propriété bénéficiaire pour les personnes morales". Le GAFI a salué le document sur ce sujet et l'a publié sur son site internet: "Best Practices on Beneficial Ownership for Legal Persons" (FATF-GAFI). Ce document présente les éléments clés d'un système efficace et les défis prévus, y compris des exemples pertinents.


Suite de la plénière

Le GAFI a poursuivi son analyse des implications des monnaies stables en matière de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme, dans un rapport publié en juin 2020 et intitulé "FATF Report to the G20 Finance Ministers and Central Bank Governors on So-called Stablecoins." Dans ce rapport, le GAFI donne une analyse approfondie des risques liés aux monnaies stables et au blanchiment d'argent, du cadre mondial de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme pour les actifs virtuels, et de l'application des normes révisées du GAFI aux monnaies stables.
FATF analysis stablecoins money laundering terrorist financing


En mars 2020, ils ont également publié un orientations sur l'identité numérique. Le document s'adresse aux gouvernements et aux entités réglementées sur le contexte pertinent pour les fournisseurs de services d'identité numérique. Il présente des exemples courants d'identités numériques, leurs avantages et la manière dont elles soutiennent l'inclusion financière.

Pakistan, en revanche, a été maintenu dans la liste grise. Lors de la plénière qui s'est déroulée en octobre 2020, il a été décidé que le pays asiatique resterait sur la liste grise jusqu'en février 2021 pour avoir manqué à 6 des 27 obligations en matière de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme fixées par le GAFI. Le délai a ensuite été prolongé jusqu'en juin 2021.

FATF counries ranking consolidated assessment
La Business Intelligence rencontre la visualisation de données

Ne manquez pas notre évaluation consolidée du classement du GAFI sur la conformité technique et l'efficacité des pays membres aux recommandations LBC/CTF.

Besoin d'assistance ?

Pideeco effectue des examens indépendants de la conformité afin de fournir aux institutions financières un meilleur aperçu de leur rendement en matière de réglementation. Nous pouvons vous aider dans l'évaluation des risques de votre entreprise et veiller à ce que toutes les exigences réglementaires soient adéquatement couvertes.
Michel Cliquet - Pideeco Network Partner
Michel Cliquet Senior Consultant
1 commentaires
  • Pideeco country: PK
     
    Monday 26th of October 2020, 09:49

    This is very improval FATF in pakistan to improve points 27 out of 21 that the good sign for Pakistan hopefully Aml solution to also provide for this improve.

Ajoutez vos commentaires

Articles Liés

Le suivi des transactions LBC est un élément essentiel des mesures de contrôle interne des entités tenues de préven...

Risk Based Approach Mon 16 December 2019

Qu'est-ce que la directive européenne sur les dénonciateurs ? Découvrez ce qu'est un dénonciateur et commen...

Money Laundering Wed 08 May 2019

La 5e directive LAB a été adoptée par le Conseil de l'Union européenne. Découvrez l'historique des directi...

Money Laundering Sat 12 May 2018

Le secteur bancaire de l'UE a été ébranlé par différents scandales liés au blanchiment d'argent. Découvr...

Financial Sanctions Mon 09 September 2019
Experts en gestion des risques et conformité réglementaire

Pideeco est un cabinet de conseil offrant des services juridiques, des solutions d’entreprise, une assistance opérationnelle et du matériel pédagogique aux professionnels du secteur financier.

Nous sommes basés à Bruxelles et nous sommes spécialisés dans les services de conformité réglementaire couvrant la zone euro.

Pideeco associe des connaissances professionnelles en matière de réglementation et une expertise technique pour protéger votre entreprise contre les risques de réputation et d’exploitation. Notre approche unique, centrée sur le client, nous aide à élaborer des solutions stratégiques légitimes et efficaces.

Travailler avec nous signifie atteindre des personnes complémentaires, ce qui permet une réflexion originale, une vision innovante.

Our Network En apprendre plus sur nous