AML EWRA - Comment mener une évaluation globale des risques AML (blanchiment d'argent)?

AML EWRA - Comment mener une évaluation globale des risques AML (blanchiment d'argent)?

L'évaluation des risques à l'échelle de l'entreprise (EWRA) ou évaluation globale des risques est devenue une obligation réglementaire du point de vue de l'UE et de la Belgique pour tous les établissements de crédit, sociétés de bourse, compagnies d'assurance autorisées et industries bancaires soumis à la réglementation anti-blanchiment d'argent.

L'évaluation globale des risques (EWRA) que les institutions financières sont tenues de réaliser dans ce contexte est un instrument qui permet aux entités tenues d'identifier et de gérer de manière appropriée les risques de blanchiment et de financement du terrorisme auxquels elles sont exposées ou, le cas échéant, de les limiter.

Dans un contexte plus large, les programmes d'évaluation des risques d'entreprise (ERE) ou de gestion des risques d'entreprise (GRE) aident les entités à adapter leur approche de la gestion des risques pour répondre aux exigences de l'évolution des normes financières des entreprises.


Comment réaliser une évaluation efficace des risques BC/FT de votre entreprise ?

Les multiples avantages d'un système d'évaluation aml efficace ne peuvent se concrétiser que si une bonne compréhension de la réglementation aml ewra et de l'expérience de votre entreprise et de l'industrie fonctionne simultanément.

Effectuer une évaluation des risques n'est pas une tâche unique. Cela implique de définir une méthodologie de notation du risque aml, de créer un modèle d'évaluation du risque aml en adéquation avec votre activité.

Les institutions financières gèrent leur exposition au risque de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme en définissant des processus solides et des efforts de vigilance fondés sur le risque.



Qu'est-ce que l'EWRA Compliance et l'approche basée sur le risque (RBA)?

Une approche appropriée fondée sur les risques commence par l'acquisition d'une connaissance approfondie et à jour de l'exposition de l'établissement aux risques et d'une compréhension de ces risques.

L'approche axée sur les risques (RBA) est un élément essentiel de la gestion des risques et du cadre de LBC/FT. La RBA a été soulignée dans les Recommendations du GAFI de 2012:

"les pays devraient appliquer une approche fondée sur le risque (RBA) pour s'assurer que les mesures visant à prévenir ou à atténuer le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme sont proportionnelles aux risques identifiés.


et a également été une préoccupation majeure mise en oeuvre dans le cadre de la la quatrième directive européenne sur la lutte contre le blanchiment de capitaux.

La RBA est une méthodologie qui permet de hiérarchiser les activités de l'entreprise sur la base d'une analyse préalable des données.
Selon la RBA, il y a proportionnalité des mesures prises, selon le niveau de risque. Cela signifie que dans les situations à faible risque, cette approche permet de prendre moins de mesures et de mettre l'accent sur les risques élevés, lorsque des mesures renforcées sont obligatoires. Cette méthode permet d'optimiser l'allocation des ressources disponibles.



Méthodologie d'évaluation des risques AML à l'échelle de l'entreprise

Une méthodologie EWRA réussie est cohérente dans tous les domaines et se construit généralement en trois étapes principales : l'identification des risques, l'analyse des écarts (contrôles) et l'ajustement (corrections-atténuation).


EWRA compliance methodology


L'exercice d'évaluation globale des risques (EWRA) est effectué sous la responsabilité de l'AMLCO, qui veille à ce que les procédures et processus connexes soient officialisés et exécutés d'une manière qui reflète les résultats de cet exercice permanent. Le cabinet identifie et classe les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme. Les professionnels qui procèdent à l'évaluation des risques devraient avoir une compréhension claire des activités et de l'environnement de travail de l'entité, ainsi que des problèmes qui peuvent survenir.

Selon la réglementation en vigueur, les entités soumises à l'obligation doivent tenir compte au moins des caractéristiques de leurs clients, des produits, services ou opérations qu'elles offrent, des pays ou zones géographiques concernés, ainsi que des canaux de distribution qu'elles utilisent.
En plus des caractéristiques, les normes et examens sectoriels internationaux pertinents (autorités européennes de surveillance,...) devraient également être pris en compte par les entreprises pour percevoir leur exposition aux risques.

La cotation du risque inhérent doit être calculée à l'aide d'une méthodologie définie.
Fréquemment, un facteur de pondération est ajouté aux risques classés afin d'apporter une précision d'équilibre et d'impact dans la vue agrégée de la catégorie de risque. Un facteur de pondération est ajouté au risque classé afin d'apporter une précision d'équilibre et d'impact dans la vue agrégée de la catégorie de risque.
La cotation du risque inhérent a lieu avant l'examen des contrôles (internes) et évalue la nature, la complexité et le volume des activités à l'origine du risque identifié.
Il s'agit de l'analyse et de l'évaluation de l'adéquation des mesures de gestion des risques pertinentes existantes. Les entreprises sont tenues d'évaluer objectivement si les mesures de gestion des risques en place sont jugées suffisantes (conception) ou si des mesures supplémentaires sont nécessaires pour couvrir le risque identifié. En fin de compte, l'évaluation opérationnelle (exécution) de la manière dont ces mesures de contrôle des risques sont effectivement appliquées et respectées dans la pratique complétera l'évaluation des mesures de contrôle.
Le score de risque résiduel fournit une vision finale du risque après l'examen des constatations et des contrôles internes.
Si cela est jugé nécessaire, la phase d'ajustement propose des mesures nouvelles ou supplémentaires de gestion des risques pour contrôler les risques qui ne sont pas ou pas suffisamment couverts. Au cours de cette phase, un plan de mesures correctives bien décrit est souvent fourni.
L'AMLCO doit s'assurer que les corrections appropriées sont opportunes, efficaces et qu'elles sont assorties des moyens nécessaires. Dans ce contexte, une date d'échéance prévue et une estimation des exigences d'achèvement sont indiquées dans les mesures correctives ou le plan d'assainissement, ainsi que les moyens appropriés pour achever la tâche.
Les priorités d'action sont justifiées par la notation finale du risque résiduel.



L'obligation pour les institutions financières de documenter et de mettre à jour en permanence leur EWRA

D'une manière générale, l'évaluation globale des risques liés à la lutte contre le blanchiment de capitaux est documentée, mise à jour et tenue à la disposition des autorités de contrôle (la Banque nationale de Belgique). Elle sera mise à jour chaque fois qu'un événement se produit et peut avoir une incidence importante sur le profil de risque de l'entité. L'entité devrait avoir, à tout moment, une compréhension claire de l'évolution des risques de blanchiment d'argent associés à la relation d'affaires.
D'une manière générale, l'évaluation globale des risques liés à la lutte contre le blanchiment de capitaux est documentée, mise à jour et tenue à la disposition des autorités de contrôle (la Banque nationale de Belgique). Elle sera mise à jour chaque fois qu'un événement se produit et peut avoir une incidence importante sur le profil de risque de l'entité.

Il ne s'agit pas d'un processus qui a lieu une fois par année, mais d'un processus continu qui a lieu chaque fois qu'une situation majeure survient. L'entité devrait avoir, à tout moment, une compréhension claire de l'évolution des risques de blanchiment d'argent associés à la relation d'affaires.
ewra - entreprise wide risk assessment - framework

En plus du rapport de l'EWRA, un document décrivant le processus de réalisation de l'évaluation est attendu. Dans ce document, le cadre juridique applicable et les orientations sectorielles sont précisés. De plus, il devrait mentionner la méthodologie utilisée, la façon dont elle a été intégrée dans l'évaluation, une description des procédures de suivi et de mise à jour en temps opportun du processus d'évaluation des risques et une référence à la mesure dans laquelle l'agent de conformité en matière de lutte contre le blanchiment d'argent (AMLCO), l'agent de conformité, la haute direction et toute autre partie ont été impliqués dans toutes les phases du processus.

Les entreprises doivent pouvoir démontrer à leur régulateur, sur la base de ces documents, que leur démarche répond aux obligations de la loi AML du 18 septembre 2017 (Belgique).

Anti Money Laundering - Compliance Consultancy
EWRA Overall Risk Assessment

Vous recherchez des informations plus détaillées sur l'évaluation globale des risques EWRA? Suivez l'article pour en savoir plus.



Quels sont les facteurs de risque pertinents à prendre en considération

Pour effectuer leur évaluation des risques environnementaux, les entreprises devront tenir compte de facteurs de risque spécifiques et du principe de proportionnalité.

AML EWRA - Liste des facteurs de risque à considérer
Les facteurs de risque à prendre en compte sont les clients, les pays ou les zones géographiques, les produits, les services, les transactions ou les canaux de distribution. Toutes doivent être évaluées proportionnellement, c'est-à-dire en fonction de la taille et de la nature de l'entité. Les entreprises qui n'offrent pas de produits ou de services complexes et qui n'ont qu'une exposition internationale limitée ou nulle peuvent ne pas avoir besoin d'une évaluation des risques trop complexe ou sophistiquée.


Les facteurs de risque seront utilisés dans l'analyse et dans l'évaluation finale comme piliers sur lesquels l'entreprise s'appuiera. Les facteurs de risque couvrent des domaines spécifiques qui peuvent inclure de nombreux sous-risques dont il faut tenir compte. Par exemple, le facteur de risque des clients peut inclure des risques tels que travailler avec la mauvaise contrepartie, ne pas avoir suffisamment de mesures supplémentaires pour prendre une décision fondée, etc.

Les entités qui effectuent une évaluation des risques environnementaux devraient pondérer les facteurs de risque en fonction de leur pertinence dans la relation d'affaires et les transactions. En général, les entités attribuent des "notes" différentes à divers facteurs. D'après Lignes directrices de l'ABE sur les facteurs de risque (JC 2017 37) lorsqu'elles évaluent les facteurs de risque, les entités devraient tenir compte de nombreux facteurs, comme le fait que les considérations liées aux bénéfices n'influent pas sur la cote de risque et que l'entreprise est prête à outrepasser, au besoin, toute cote de risque générée automatiquement, en fournissant, bien sûr, une documentation appropriée pour cette décision.


La raison d'être de l' AML Enterprise Wide Risk Assessment

La réalisation d'une évaluation des risques à l'échelle de l'entreprise est l'une des pierres angulaires de la lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme. Les décisions sont prises de manière plus éclairée face aux risques. Cet effort conduit à la protection du marché contre une autre crise et à la protection de la société.


Les autorités nationales compétentes peuvent évaluer l'adéquation du cadre d'organisation interne et des politiques et procédures de LBA/CFT des entreprises.
Il permet aux entreprises d'identifier les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme auxquels une entreprise est exposée et d'identifier les situations qui génèrent des risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme plus élevés et sur lesquelles les efforts de lutte contre ce phénomène devraient se concentrer.

De plus, il donne aux entreprises un point de vue solide sur la meilleure façon d'estimer au mieux la notation du risque client tout en abordant des cas particuliers.


Considérez le cadre juridique avant de commencer votre EWRA AML

Le cadre juridique belge de l'évaluation globale des risques de l'EWRA AML se compose principalement de quatre documents juridiques : - La 4e directive AML (2015/849); - La Loi belge ML/FT du 18 septembre 2017; - Le Règlement BNB du 21 novembre 2017; - Circulaire 02/2018 Évaluation globale des risques de blanchiment de capitaux et de financement du terrorisme.
Le cadre juridique belge de l'évaluation globale des risques de l'EWRA AML se compose principalement de quatre documents juridiques :

Il existe également des documents utiles publiés par l'Autorité des services et des marchés financiers (FSMA).:


C'est l'occasion pour les entreprises de se faire une idée plus précise de leurs activités et d'anticiper les risques de blanchiment d'argent et de financement du terrorisme avant qu'ils ne deviennent des charges insupportables pour l'entité.

Besoin d'assistance ?

Pideeco réalise des examens indépendants de la conformité afin de fournir aux institutions financières un meilleur aperçu de leur performance. Nous pouvons vous aider dans l'évaluation des risques de votre entreprise et veiller à ce que toutes les exigences réglementaires soient adéquatement couvertes.
Oscar Canario da Cunha - Pideeco Network Partner
Oscar Canario da Cunha Associate Director
+ ARTICLES ASSOCIÉS
0 commentaires
Ajoutez vos commentaires