La 6ème directive de lutte contre le blanchiment d'argent et financement du terrorisme (AML)

La 6ème directive de lutte contre le blanchiment d'argent et financement du terrorisme (AML)

Le 12 novembre 2018, le Parlement européen a publié de nouvelles règles pour renforcer la lutte contre le blanchiment d'argent par le biais de la 6ème directive européenne (2018/1673). Les États membres ont jusqu'au 3 décembre 2020 pour transposer la sixième directive LBC (AML) et mettre en vigueur les dispositions législatives, réglementaires et administratives nécessaires pour se conformer à cette directive.


La 6ème directive européenne contre le blanchiment d'argent traite 4 points principaux.
La 6e directive sur le blanchiment d'argent traite 4 points principaux.
1. Une définition plus complète de l'activité criminelle.
2. Responsabilité et sanctions élargies pour les personnes morales
3. Une meilleure coopération internationale
4. Mesures punitives renforcées
Plus de détails sont disponibles dans le corps de l'article

6ème directive européenne contre le blanchiment d'argent
L'objectif de la nouvelle directive est d'harmoniser le cadre européen et de soumettre le blanchiment de capitaux dans tous les États membres à des sanctions pénales effectives, proportionnées et dissuasives qui ne peuvent être appliquées de manière suffisante par les seuls États membres.

  • 1

    Une définition plus complète de l'activité criminelle
    La 6e directive LBC dresse une liste de 22 infractions de blanchiment de capitaux que tous les États membres de l'UE doivent ériger en infraction pénale dans leur législation nationale (sauf si elles figurent déjà dans leur code pénal). Cette liste comprend la cybercriminalité, les infractions environnementales, les infractions fiscales, etc. Une telle introduction de nouvelles mesures devra être prise en compte par les entreprises, qui devront réévaluer leurs mécanismes, leurs processus et leur goût du risque.


  • 2

    Responsabilité et sanctions des personnes morales
    L'AMLD6 étend la responsabilité pénale aux personnes morales (sociétés, sociétés intégrées) ainsi qu'aux personnes physiques occupant certains postes (personne ayant un pouvoir de représentation de la personne morale ; ayant autorité pour prendre une décision au nom de la personne morale ou pour exercer un contrôle en son sein).
    Les entreprises devront revoir leurs mécanismes de contrôle interne et de gouvernance pour éviter toute violation.


  • 3

    Une meilleure coopération internationale
    La mise en place d'outils et de règles d'enquête permettra de déterminer quel État membre sera compétent lorsqu'une infraction relève de la compétence de plusieurs États membres. Cela permettra une coopération transfrontalière plus efficace et plus rapide entre les États membres.


  • 4

    Mesures punitives renforcées
    Les mesures punitives ont été renforcées pour les particuliers et certaines ont été introduites pour les personnes morales. La peine maximale d'emprisonnement pour les infractions de blanchiment d'argent sera d'au moins quatre ans. Les États membres devraient également veiller à prévoir des sanctions ou des mesures supplémentaires telles que des amendes, l'exclusion temporaire de l'assistance sociale, l'interdiction temporaire d'exercer des activités commerciales et l'interdiction d'occuper un emploi public.
    En ce qui concerne les organisations/personnes morales, les mesures punitives comprennent la confiscation des activités commerciales, l'exclusion de l'accès au financement public ou même la liquidation judiciaire. Les entreprises devront envisager de renforcer leurs efforts de lutte contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme afin de réduire le risque de poursuites pénales.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le cadre réglementaire de la sixième directive anti-blanchiment (6AMLD), n'hésitez pas à contacter nos services de conseil en conformité !
Anastasia Bidjocka - Pideeco Network Partner
Anastasia Bidjocka Junior Consultant
+ ARTICLES ASSOCIÉS

Le coût de conformité se réfère à l'ensemble des dépenses d'une entreprise afin de couvrir l'ensemble des exigences réglementaires imposées par la loi. Aujourd'hui, le coût de mise en conformité...

Dans l'environnement difficile d'aujourd'hui, les institutions financières sont exposées au blanchiment d'argent, au financement du terrorisme et aux sanctions, ce qui rend nécessaire l'activation ...

Dernièrement, la 5ème directive européenne contre le blanchiment d'argent (AMLD5) a consacré un intérêt particulier aux instruments de paiement innovants, parmi lesquels les cartes prépayées et les monnaies nu...

Qu'y a-t-il à l'intérieur de RegTech ou de la technologie réglementaire ? Quelle est la différence avec FinTech ? L'industrie de la conformité RegTech aide l'organisation à traiter les exigences lé...

0 commentaires
Ajoutez vos commentaires