KYC Business Guide sur la liste des paradis fiscaux, les embargo et les sanctions internationales

KYC Business Guide sur la liste des paradis fiscaux, les embargo et les sanctions internationales

Chaque année, nous avons droit à des listes différentes sur les paradis fiscaux publiées par les gouvernements ou les organisations internationales, mais quelle est la différence entre ces listes ?


En mars 2019, l'Union européenne a mis à jour sa liste des juridictions fiscales non coopératives. Le nombre de pays a triplé par rapport à l'année dernière. Toutefois, la liste ne comprend toujours pas de pays européens.

EU tax havens

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et d'autres organisations partagent également leurs listes chaque année.
Si l'on compare la liste publiée au rapport semestriel de l'indice du secret financier du Tax Justice Network (TJN) du 30 janvier 2018, on peut noter que certains pays européens sont présents (Allemagne, Luxembourg et Pays-Bas dans le top 20).


En tant qu'entreprise/institution financière, vous devriez garder un ?il sur ces listes.
Limiter les contacts suspects avec des clients ayant des comptes dans des pays considérés comme douteux est essentiel pour gérer votre exposition au risque.

Liste des paradis fiscaux par montant d'évasion fiscale

Il n'existe pas de véritable définition juridique standard, mais les éléments suivants peuvent nous aider à mieux comprendre les paradis fiscaux :

Faible taux d'imposition :
Ce critère n'a de sens que si l'on compare le taux d'imposition avec celui d'autres pays où les impôts sont plus élevés dans certains domaines/activités. Pour apporter quelques précisions, cette faible imposition ne pourrait affecter qu'une seule catégorie de contribuables, pour une seule catégorie de ses revenus. Par conséquent, un pays peut ne pas être systématiquement considéré comme un paradis fiscal pour toutes ses règles fiscales.

Confidentialité et manque de transparence
Confidentialité des transactions financières et manque de transparence des pratiques fiscales.

Chaque liste des différentes organisations est basée sur des critères spécifiques. Cela doit être parfaitement clarifié afin d'éliminer autant de malentendus que possible.
De plus, dans certains cas, il n'y a pas une seule liste, mais des listes différentes avec des niveaux différents. Par exemple, l'Union européenne a deux types de listes : la liste noire qui comprend les pays qui n'ont pas pris les engagements nécessaires (refus de coopérer avec l'Union européenne) et la liste grise avec les pays qui se sont engagés à modifier leurs pratiques ou législations fiscales au cours des prochains mois.

Pour éviter d'être inscrits sur la liste noire, les pays devaient respecter trois critères principaux :

La Transparence:
- Se conformer aux normes de l'OCDE en matière d'échange automatique de données ;
- Concurrence fiscale équitable : S'engager à accepter les lignes directrices de l'OCDE pour lutter contre l'évasion fiscale par les multinationales ;
- Mise en oeuvre des normes minimales de l'OCDE sur l'érosion de base et le transfert des bénéfices (BEPS).

L'Union européenne a directement exclu les pays européens de la liste noire parce qu'ils sont censés être déjà conformes au droit européen en matière de lutte contre la fraude et la fraude fiscale.


D'après les normes de classement de l'OCDE, pour éviter d'être inscrits sur la liste noire, les pays doivent démontrer qu'ils remplissent au moins deux des trois critères établis par le Forum mondial sur la transparence et l'échange de renseignements à des fins fiscales :

- Respect des règles d'échange d'informations sur demande ;
- L'engagement d'appliquer les normes de l'échange automatique d'informations ;
- Faire partie d'une convention multilatérale d'assistance mutuelle ou d'un réseau d'échange suffisamment étendu pour permettre des échanges à la demande ou automatiques).

Par conséquent, le classement le plus précis et le plus complet serait celui de l'indice Tax Justice Network. On y trouve plus un classement sur l'opacité financière et celui-ci prend donc en considération beaucoup plus de critères que le simple fait qu'un pays a le taux d'imposition le plus bas (échange automatique ou non, existence d'un registre des bénéficiaires des entreprises ou non, taille du secteur financier, secret bancaire, ....).


En général, on met tout le monde dans le même bateau quand on parle de paradis fiscaux, mais la réalité est que chaque situation est différente et doit être décrite avec soin.
Par exemple, il y a une différence entre les raisons pour lesquelles la Suisse et le Panama sont considérés comme des paradis fiscaux.
L'exercice implique de prendre du recul et de mettre un peu d'ombre. Une telle différence jette le discrédit sur certaines classifications. En outre, les médias ne vont pas plus loin et ne confondent pas ce qui se passe réellement.

Pour apprécier le caractère de "paradis fiscal" d'un pays, il est nécessaire de construire des connaissances sur le sujet et d'aller au-delà de l'aspect éthique et moral. L'opinion publique doit comprendre qu'un État peut être considéré comme un paradis fiscal pour un régime fiscal spécifique ayant un impact sur un type déterminé de contribuable et même pour un type spécifique de ses revenus, et non pour l'ensemble du régime fiscal applicable dans ce pays. Par exemple, elle pourrait être considérée comme telle pour la non-imposition des dividendes ou redevances reçus à l'étranger d'une filiale d'un groupe. Pour un autre Etat, il pourrait l'être en raison de sa faible imposition des revenus des sociétés. Un autre pays pour les décisions que l'Etat rend plus facilement. Même la Belgique a été assimilée à ces paradis fiscaux pour le régime des intérêts notionnels.


La principale préoccupation des paradis fiscaux est que la plupart d'entre eux abritent une part non quantifiable d'actifs destinés à ou générés par le blanchiment d'argent résultant de la corruption, du trafic de drogue ou même du terrorisme et d'autres activités criminelles.
Activités criminelles facilitées par les autorités des paradis fiscaux

Tel est le danger caché derrière le manque de transparence dans ces pays. Les paradis fiscaux ne sont pas systématiquement utilisés pour des raisons illégales, mais en termes de transactions, le risque de confondre ce qui est légal et ce qui ne l'est plus est extrêmement accru. Pour rappel, au sein de la zone UE, l'évasion fiscale par fraude fiscale est assimilée à des "activités criminelles", telles que décrites dans la quatrième directive anti-blanchiment.


Ces listes publiées n'entraînent aucune pénalité directe. Les acteurs des marchés financiers de l'UE ont le droit de prendre des mesures coercitives extrêmes jusqu'au retrait des licences des institutions financières pour manque avéré de transparence ou de contrôle sur les transactions commerciales effectuées avec certains pays énumérés. La Commission européenne a récemment poursuivi des pays comme l'Irlande pour ne pas avoir récupéré 13 milliards d'euros d'arriérés d'impôts auprès d'Apple, ou Amazon, qui, grâce aux avantages fiscaux accordés par le Luxembourg, a largement échappé à l'impôt des sociétés en Europe. Une liste volée comme les récents scandales (Panama Papers, LuxLeaks) fait plus de bruit qu'un partage efficace de l'information.

Bien qu'il y ait peu de sanctions à ce jour, les entreprises doivent tenir compte des risques encourus : l'impact sur la réputation de l'entreprise, mais aussi, d'un point de vue financier, le coût de la non-transparence matérialisé par les montants élevés des sanctions en jeu comme mentionné ci-dessus.

En outre, la réputation est un critère d'impact très important : une entreprise transparente émettra une meilleure image dont elle bénéficiera directement dans ses activités et, surtout, contribuera à la transparence et à la stabilité du système financier mondial.

La mise en place de processus de contrôle efficaces et robustes basés sur l'approche basée sur les risques et exécutés efficacement permet d'éviter tous ces inconvénients. Comme les exigences réglementaires ne diminueront pas, nous devons stratégiquement prendre l'initiative avant que des lois et des procédures obligatoires ne soient introduites.

Certains pays ont été mis sous pression et ont déployé des efforts considérables pour s'y conformer, comme le montre le cas de la Suisse qui développe une coopération fiscale croissante avec les pays occidentaux. Mais en ce qui concerne les pays émergents, c'est une autre question à mesure que nous nous rapprochons d'eux en leur appliquant deux poids, deux mesures. Nous nous trouvons dans l'approche que le Réseau pour la justice fiscale a surnommée zebra : "clean, white money, for rich and powerful countries ; dirty, black money for vulnerable and developing countries".

Comme aux Etats-Unis, nous luttons fermement contre les paradis fiscaux à l'étranger, mais nous restons très laxistes chez nous comme au Delaware.... Il y a de plus en plus de pressions et d'efforts pour harmoniser et apporter la transparence. Il est grand temps d'y aller afin d'éviter les expositions à haut risque.


Pour conclure, l'étiquette "paradis fiscal" n'a pas de définition officielle d'un point de vue juridique. Chaque pays a le droit de décider de son niveau d'imposition. La situation réside dans le déficit financier des pays en raison des abus fiscaux à grande échelle et du manque d'harmonisation juridique entre les pays d'une même zone économique, ce qui pourrait conduire à l'utilisation de ces régimes non transparents pour blanchir et utiliser l'argent sale provenant du terrorisme, du trafic de drogue et autres activités illégales.
Il suffit de penser au cas HSBC et l'accusation de complicité de blanchiment d'argent au profit de trafiquants et de terroristes ou d'assistance offerte à ses clients en matière d'évasion fiscale, ce qui a profondément affecté sa réputation, mais a également obligé la banque à payer un montant record d'amende après avoir avoué son incapacité à respecter effectivement la réglementation.
< ARTICLE PRECEDENT Tue 23 July 2019

Facebook et Libra, l'entrée sensationnell...

Wed 08 May 2019 ARTICLE SUIVANT >

Directive de l'UE pour la protection des lanc...

0 commentaires
Ajoutez vos commentaires