Aperçu et résumé de la 5ème Directive AML (AMLD5)

Depuis quelques années, de nombreux scandales liés au blanchiment d'argent ont éclaté. Par exemple, les Panama Papers ont montré comment les riches et les puissants utilisent les paradis fiscaux pour cacher leur richesse. De grandes entreprises comme UBS et ABN AMRO sont soupçonnées de ne pas se conformer à la directive sur le blanchiment de capitaux en ignorant les indices sur les profils à haut risque des clients. Récemment, la Banque du Commonwealth a accepté de payer une amende de 700 millions de dollars pour avoir commis des infractions aux lois contre le blanchiment d'argent et le financement du terrorisme.

Ces scandales reflètent des problèmes cruciaux auxquels le système financier moderne fait face. Le présent article vise à donner plus d'informations sur le cadre juridique actuel avec l'introduction de la proposition de la 5ème directive LBC(AMLD 5).








skycrapers.jpg




Qu'est ce que la réglementation AML ou LBC?
Definition

La lutte contre le blanchiment d'argent est un ensemble de procédures, de lois et de règlements conçus pour faire face aux pratiques liées aux revenus tirés d'activités illégales.








Pourquoi l'adoption de la réglementation AML est-elle importante pour les entreprises ?

Une entreprise a la responsabilité de s'assurer que ses transactions financières avec les parties prenantes, les actionnaires et les tiers ne sont pas liées à des actions illicites. Cette pratique lui permet non seulement de se conformer aux dispositions légales, mais aussi de valoriser les multiples aspects de l'entreprise (risques de réputation, opérationnels, financiers, de conformité).


Le cadre des directives européennes anti-blanchiment

La Commission européenne en juillet 2016 à la suite des attentats terroristes et du scandale du Panama a décidé de renforcer la lutte contre le financement du terrorisme et le blanchiment de capitaux. De nos jours, les services technologiques modernes deviennent de plus en plus populaires en tant que canaux financiers alternatifs.
Toutefois, certains restent en dehors du champ d'application des exigences de la loi, ce qui pourrait ne plus être légitime. C'est la raison pour laquelle un système juridique actualisé est nécessaire. Tout d'abord, il convient de noter que la cinquième directive AML (AMLD5) est une modification des directives précédentes.

En 1990, l'Union européenne a adopté la première directive anti-blanchiment pour prévenir l'utilisation abusive du système financier pour le blanchiment de capitaux. Elle a déclaré que les entités concernées (banques et autres entités soumises à l'obligation) devraient faire preuve de vigilance à l'égard de la clientèle (identification des clients, suivi des transactions et déclaration des transactions suspectes) avant de conclure et de réaliser toute transaction commerciale.

En 2001, la deuxième directive anti-blanchiment a été dévoilée en tant que version actualisée et modifiée de la première directive afin de préciser les dispositions existantes et combler les lacunes par 40 recommandations proposées par le GAFI, une organisation intergouvernementale fondée en 1989 par le G7 pour élaborer des politiques en matière de lutte contre le blanchiment d'argent. Les principaux changements ont été :

  • Etablir quels sont les États membres dont les autorités doivent recevoir les détails des transactions suspectes
  • Adopter une définition plus large du blanchiment de capitaux qui est la conséquence d'une infraction initiale (corruption, trafic de stupéfiants,...)
  • Élargir le champ d'application : entités précédentes + bureaux de change, sociétés de transfert de fonds et entreprises d'investissement
  • Identifier l'autorité pour trouver, localiser, geler, saisir et confisquer tous les biens et produits liés à des activités criminelles

Depuis son adoption en 2006, la 3ème directive AML a renforcé le système anti-blanchiment de l'Union européenne. Des modifications ont été apportées sur :

  • Élargir le champ d'application : entités précédentes + avocats, notaires, comptables, agents immobiliers, casinos et services fiduciaires et services aux sociétés, dépassant ?15 000
  • Inclusion de mesures concernant le financement du terrorisme
  • li>li>Etablir des critères techniques pour évaluer si les situations présentent un risque faible ou élevé de blanchiment d'argent ou de financement du terrorisme li>Etablir des mesures de vigilance accrue à l'égard des personnes politiquement exposées (personnes occupant une fonction publique de représentation de l'Etat ou Nation) et leurs familles proches ou associés, et des procédures simplifiées de vigilance à l'égard de la clientèle pour les opérations à faible risque >ul>

La quatrième directive, avec son approche fondée sur les risques AML, a été mise en lumière en 2015. Cette approche suppose que les risques liés au blanchiment et au financement du terrorisme peuvent prendre diverses formes. Par conséquent, les réponses et les mesures ne peuvent pas être uniformes et doivent être adaptées au cas par cas. De plus, il convient de noter les modifications suivantes :

  • Adopter une définition plus large des personnes politiquement exposées : Représentants étrangers et nationaux
  • Créer un registre central qui identifie le bénéficiaire effectif final des sociétés et autres entités juridiques pour tous les États membres
  • li>Extension du champ d'application : Entités précédentes + prestataires de services de jeux d'argent
  • Réduire les paiements/dons en espèces à ?3 000
  • Etablir une liste des pays tiers à haut risque et renforcer la vigilance à l'égard de la clientèle tout en traitant avec des personnes physiques ou morales établies dans ces pays




Quels sont les défis et opportunités de AMLD5 en matière de lutte contre le blanchiment d'argent?

Cette année (2018), la cinquième directive LBC/AML a été récemment adoptée par le Conseil de l'Union européenne et devrait être transposée en droit national des différents États membres en janvier 2020. Avec l'évolution du paysage financier et en particulier l'application du règlement général sur la protection des données, les entreprises sont confrontées à de nouveaux défis. Les principales modifications introduites sont les suivantes :

  • Extension de carde de la réglementation AML/CTF aux monnaies virtuelles, aux services fiscaux et aux oeuvres d'art
  • Améliorer les contrôles des transactions impliquant des pays tiers à haut risque
  • Autoriser l'utilisation de produits monétaires électroniques sous une forme anonyme uniquement dans deux situations
    • Directement en magasin pour un montant maximum de ? 50
    • En ligne pour un montant maximum de ? 50
  • Etablir un système plus transparent sur la propriété effective
  • Etablir de meilleures connexions entre les registres de propriété effective pour faciliter la coopération et l'échange d'informations entre les États membres
  • Créer un registre bancaire centralisé ou des systèmes de recherche d'informations
  • Renforcer les pouvoirs des cellules de renseignement financier de l'UE et faciliter leur coopération
  • Renforcer la coopération entre les autorités de surveillance financière

Besoin d'assistance ?

Les États membres, dont la Belgique, doivent mettre en vigueur leurs dispositions réglementaires et administratives nationales pour se conformer à la cinquième directive LBC au plus tard le 10 janvier 2020. Pideeco effectue des examens indépendants de la conformité afin de fournir aux institutions financières un meilleur aperçu de leur rendement en matière de réglementation.
Oscar Canario da Cunha - Pideeco Network Partner
Oscar Canario da Cunha Associate Director
0 commentaires
Ajoutez vos commentaires

Articles Liés

Qu'est-ce que BMR et comment modifie-t-elle les benchmarks? Découvrez la fin du LIBOR et de l'Eonia, et explore...

Compliance Thu 20 February 2020

Conduct Risk, le sujet d'actualité des dernières années. Des principes aux résultats, découvrez comment articul...

Compliance Mon 28 May 2018

Embaucher un cabinet de conseil ? Évitez les erreurs, apprenez ce que vous devez savoir avant de choisir votre nouveau ...

Compliance Thu 08 November 2018

L'évaluation des risques à l'échelle de l'entreprise (EWRA) aide les entités à comprendre les risques e...

Compliance Mon 17 June 2019
Experts en gestion des risques et conformité réglementaire

Pideeco est un cabinet de conseil offrant des services juridiques, des solutions d’entreprise, une assistance opérationnelle et du matériel pédagogique aux professionnels du secteur financier.

Nous sommes basés à Bruxelles et nous sommes spécialisés dans les services de conformité réglementaire couvrant la zone euro.

Pideeco associe des connaissances professionnelles en matière de réglementation et une expertise technique pour protéger votre entreprise contre les risques de réputation et d’exploitation. Notre approche unique, centrée sur le client, nous aide à élaborer des solutions stratégiques légitimes et efficaces.

Travailler avec nous signifie atteindre des personnes complémentaires, ce qui permet une réflexion originale, une vision innovante.

Our Network En apprendre plus sur nous